Avons-nous besoin de plus de quelques semaines de traitement antimicrobien pour l’ostéomyélite vertébrale

A l’éditeur – Nous avons lu avec grand intérêt l’étude de Park et al Ils ont étudié une cohorte rétrospective de patients atteints d’ostéomyélite vertébrale hématogène VO avec identification microbiologique, et des facteurs de risque déterminés de récurrence à partir d’analyses multivariées: Staphylococcus aureus résistant à la méthic Ensuite, ils ont évalué les taux de récurrence chez les patients avec ou sans facteurs de risque selon la durée du traitement antimicrobien. Les durées de traitement n’étaient pas randomisées et laissées à la discrétion des médecins. La récidive était définie comme une récidive clinique ou une récidive faits. récidive microbiologique lorsque les mêmes bactéries étiologiques ont été identifiées. Ils ont conclu qu’une durée de traitement plus longue – des semaines ou plus était associée à un résultat significativement supérieur à une durée de traitement plus courte – des semaines À, nous avons réalisé un essai clinique randomisé chez des patients L’année de taux après la fin du traitement antimicrobien était faible% et nous n’avons détecté aucune récidive microbiologique Nous avons donc été assez surpris d’apprendre les résultats de Park et al sur la récidive microbiologique / [%] Leur taux élevé pourrait s’expliquer En effet, dans leur cohorte de VO due aux bactéries gram-négatives, Park et al traitaient des patients% avec fluoroquinolone, alors que% d’entre eux présentaient une bactérie gram-négative fluoroquinolone-résistante De plus,% des patients recevaient de la fluoroquinolone par voie orale. pour le traitement définitif De plus, chez les patients avec VO due à SARM, avait une faible concentration plasmatique de vancomycine & lt; mg / L vs ≥ mg / L Cependant, la plupart des recommandations internationales recommandent pour les infections ostéo-articulaires des concentrations mg / L ou plus selon la concentration inhibitrice minimale de la souche Dans notre étude, nous avons identifié les facteurs de risque de récurrence: ; ans, endocardite infectieuse au diagnostic, et VO due à S aureus, quelle que soit la durée du traitement ou semaines Dans les analyses post hoc pour les sous-groupes VO avec S aureus et VO avec abcès, la différence de taux de guérison entre les durées de traitement était confiante avec la non infériorité , mais n’a pas pu être démontrée statistiquement Par conséquent, nous avons effectué une nouvelle analyse concernant les facteurs de risque spécifiques dans VO en raison de S aureus Dans ce sous-groupe, les facteurs de risque de récidive étaient l’âge & gt; ans, endocardite infectieuse, et hémoculture positive au diagnostic, mais pas la durée du traitementAinsi, les durées de traitement antimicrobien doivent être évaluées en utilisant des modèles randomisés, en tenant compte uniquement des antimicrobiens efficaces selon les directives, concernant la susceptibilité microbiologique, les concentrations plasmatiques du médicament. Cependant, d’un point de vue méthodologique, les résultats de Park et al doivent être confirmés avec une cohorte différente de celle utilisée pour identifier les facteurs de risque de récurrence Nous pensons également que la question suivante concernant les patients à faible risque ou les VO «bénignes» est de savoir si des semaines de traitement antimicrobien efficace, comme suggéré par Park et al, sont suffisantes

Remarques

Remerciements Nous remercions les membres du groupe d’étude DTS pour leur implication dans l’essaiPotential Conflits d’intérêts Tous les auteurs: Aucun conflit signalé Tous les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels Conflits d’intérêts que les éditeurs considèrent pertinents pour le contenu de la manuscrit ont été divulgués