Beaucoup, mais pas tous

Tandis que le manque actuel d’activité politique des médecins irrite Tudor-Hart, il se demande si les nouveaux membres de la profession sont peut-être moins réticents que leurs ancêtres.1 Je l’espère: une poignée d’entre nous debout à la prochaine élection générale. Nous savons que les médecins praticiens sur un ticket de santé indépendant peuvent réussir à être élus au parlement, pas une fois mais deux fois dans le cas du Dr Richard Taylor retard. Un thème récurrent de certains de mes correspondants a été la supposition qu’une campagne électorale devrait être coordonné par le BMA ou les LMC, mais je doute que cela. Une confédération lâche d’indépendants serait beaucoup plus difficile à combattre pour les politiciens existants et introduirait une diversité et une excitation longtemps attendues dans la politique nationale. Rudolph Virchow serait fier de nous si nous constituions un bloc parlementaire efficace. Imaginez si chaque circonscription avait un candidat indépendant en matière de santé. Vous ne savez jamais — nous pourrions gagner.