Plus sur le traitement de l’homosexualité comme maladie

Rédacteur &#x02014 La publication de la lettre d’Igbokwe assimilant la pédophilie à l’homosexualité dans le débat sur le traitement de l’homosexualité est inquiétante.1 Bien qu’un débat sur la sexualité soit positif (même si nous devons lire des opinions désinformées et dépassées), il peut montrer les praticiens et le public que beaucoup de médecins généralistes ignorent encore terriblement sur la sexualité et d’autres problèmes aussi. Cependant, pour permettre la publication de la lettre d’Igbokwe est désagréable. Ces vues non seulement montrent l’ignorance mais contribuent également à l’abus homophobe. Je suis attristé, mais pas surpris, de voir l’étendue de l’homophobie et de l’ignorance dans la lettre d’Igbokwe et ailleurs dans ce débat. Mais je suis dégoûté qu’un journal médical publie et, ce faisant, entérine une lettre reliant l’homosexualité et la pédophilie. Le travail des professionnels de santé est de soigner le public. Ce public comprendra des personnes ayant des orientations, des opinions et des croyances sexuelles différentes. Les médecins généralistes devraient offrir à tous les patients des soins égaux. Vous n’aimez peut-être pas ce que votre patient représente, mais vous devriez être capable de prendre soin d’eux et de les comprendre tous de la même manière. Il n’y a pas de place pour le sectarisme dans les soins de santé, bien que cette correspondance a montré qu’il prospère dans le NHS.