Profil de susceptibilité à la rubéole chez les femmes enceintes séropositives

AUTEUR DE L’ÉDITEUR: L’infection à la rubéole a généralement une pertinence clinique limitée chez les enfants et les jeunes adultes. Toutefois, son acquisition pendant la grossesse peut entraîner de graves complications fœtales ou néonatales, comme une fausse couche, une mort fœtale ou une association de malformations congénitales. Les programmes de vaccination constituent une priorité dans la plupart des plans de santé publique nationaux et internationaux, et plusieurs pays ont mis en œuvre des programmes de vaccination visant à obtenir l’objectif recommandé par l’OMS d’une incidence de SRC inférieure à par an Il existe très peu de données sur la sensibilité à la rubéole des femmes enceintes infectées par le VIH du virus de l’immunodéficience humaine, et on ignore encore si cette population pourrait être plus exposée à la rubéole en raison d’une prévalence de susceptibilité plus élevée. étude nationale pour étudier la prévalence de la susceptibilité à la rubéole dans un grand Les données sur la susceptibilité, évaluées au moyen de tests sérologiques ou d’antécédents personnels, ont été analysées en fonction de plusieurs caractéristiques démographiques et liées au VIH. Suite à l’exclusion des femmes ayant un statut de rubéole inconnu, les grossesses avec naissance vivante ont été analysées. Parmi les femmes non sensibles,% ont été signalées comme ayant déjà été vaccinées, avec une augmentation significative au cours de la période d’étude de la proportion de femmes vaccinées, de% à% dans χ pour la tendance: P & lt; Au cours de la même période, la proportion de femmes sensibles a diminué significativement, de% en% à% en P = Les caractéristiques générales des femmes sensibles et non sensibles sont présentées dans le tableau La sensibilité rubéole n’a pas été associée à une caractéristique particulière liée au VIH, mais semble être significativement associé à la susceptibilité à l’odds ratio d’infection Toxoplasma [OR]:,% intervalle de confiance [IC]: -, P & lt; et avec une sensibilité à l’infection par le cytomégalovirus CMV OU, % CI, -; P & lt; , avec une association limite de significativité P = avec antécédents négatifs d’infections sexuellement transmissibles [IST]; % CI, –

Nationalité / / Antécédents de consommation de drogues intraveineuses / / Consommation récente de substances / / Diagnostic du VIH pendant la grossesse / / Partenaire actuel avec l’infection VIH / / Nombre de CD inférieur aux cellules / mm / / Antécédents d’événements définissant le SIDA / / Co-infection VHB / / Co-infection par le VHC / / antécédents de MST / / anticorps anti-CMV / / & lt; Toxoplasma-anticorps positif / / & lt; Antirétroviral-naïf au début de la grossesse / / Sur les ARV à la conception / / Utilisation des inhibiteurs de la protéase pendant la grossesse / / Complications de l’accouchement / / Faible poids à la naissance & lt; g / / Principales anomalies congénitales / / NOTE SD, écart-type; S, sensible; NS, non-sensible; VIH, virus de l’immunodéficience humaine; VHB, virus de l’hépatite B; VHC, virus de l’hépatite C; MST, maladies sexuellement transmissibles; CMV, cytomégalovirus; ARV, thérapie antirétroviraleTests: * T test; # χ testView LargeOverall, parmi les enfants avec des informations disponibles sur les malformations congénitales, aucun cas de CRS ont été observés Le taux global de malformations congénitales%; % CI, – était similaire à d’autres études sur l’infection VIH Seules les femmes% étaient positives pour les anticorps IgM antirubéoliques pendant la grossesse et la grossesse, respectivement. Dans les deux cas, les enfants n’avaient pas de malformations congénitales ou fonctionnellesNotre cohorte D’après les données de séroprévalence du VIH , pas moins de% des accouchements chez les femmes infectées par le VIH en Italie, environ% des femmes enceintes infectées par le VIH semblent être actuellement sensibles à l’infection rubéoleuse Cette proportion est élevée par rapport aux autres études sur la séroprévalence rubéole en Italie et suggère un taux de sensibilité plus élevé et une fréquence plus faible de vaccination chez les femmes séropositives. On ignore dans quelle mesure l’utilisation d’un vaccin vivant atténué chez les femmes séropositives peut être responsable de la faible fréquence de vaccination observée epilepsie. , seule une proportion limitée de femmes avait un faible nombre de CD ou une immunosuppression cliniquement pertinente pouvant avoir empêché la vaccination. Le taux de susceptibilité au cours de la dernière décennie, associé à une augmentation significative de la proportion de femmes vaccinées, est encourageant et suggère que la population pourrait continuer à diminuer dans cette population en utilisant des stratégies de vaccination appropriées. Nos données suggèrent également que la sensibilité à la rubéole est associé à la susceptibilité à d’autres infections qui peuvent être responsables de syndromes congénitaux ou d’infections néonatales Toxoplasme, CMV ou infection sexuellement transmissible, et à ce titre, renforce le besoin d’un counseling et de soins appropriés avant la conception dans cette population particulière. Les coordinateurs du projet: M Floridia, M Ravizza, E TamburriniInvestigateurs: M Ravizza, E Tamburrini, F Mori, P Ortolani, ER Dalle Nogare, G Sterrantino, M Meli, S Polemi, J Nocentini, M Baldini, G Montorzi, M Mazzetti, B Borchi, F Vichi, E Pinter, E Anzalone, R Maroc, C Mastroianni, VS Mercurio, A Carocci, E Grilli, A Maccabruni, B Mariani, A Moretti, G Natalini, G Guaraldi, K Luzi, G Nardini, C Stentarelli, A Degli Antoni, A Molinari, P Rogasi, MP Crisalli, A Donisi, M Piepoli, V Cerri , Un Viganò, V Giacomet, V Fabiano, S Stucchi, C Cerini, G Placido, M D’Alessandro, Un Vivarelli, P Castelli, F Savalli, V Portelli, F Sabbatini, D Francisci, S Alberico, G Maso, M Tropea , A Meloni, D Gariel, C Cuboni, F Ortu, P Piano, A Citernesi, I Vicini, E Periti, A Spinillo, M Roccio, A Vimercati, E Bassi, B Guerra, F Cervi, E Tridapalli, G Brighi, M Stella, G Faldella, C Puccetti, M Sansone, P Martinelli, A Agangi, C Tibaldi, L Trentini, S Marini, G Masuelli, I Cetin, A Crepaldi, ML Muggiasca, E Ferrazzi, C Giaquinto, M Fiscon, R Rinaldi, E Rubino, A Bucceri, R Matrone, G Scaravelli, G Anzidei, C Fundarò, O Genovese, C Cafforio, C Pinnetti, G Liuzzi, V Tozzi, P Massetti, M Anceschi, AM Casadei, F Montella, AF Cavaliere, V Finelli , C Riva, L Lazier, M Cellini, S Garetto, G Castelli Gattinara , AM Marconi, S Foina, S Dalzero, M Moneta, F Di Lorenzo, C Polizzi, A Mattei, MF Pirillo, R Amici, CM Galluzzo, S Donnini, S Baroncelli, M FloridiaPharmacocinétique: M Regazzi, P Villani, Conseil M CusatoAdvisory : A Cerioli, M De Martino, P Mastroiacovo, M Moroni, F Parazzini, E Tamburrini, S Groupe VellaSIGO-VIH Coordinateurs nationaux: P Martinelli, M RavizzaNous remercions toutes les femmes qui ont participé à l’étude, Cosimo Polizzi et Alessandra Mattei pour technique Maria Cristina Rota et Pierpaolo Mastroiacovo pour leur aide dans la discussion du manuscrit et des données. Soutien financier Ce travail a été soutenu par le Programme national italien de recherche sur le SIDA, les subventions publiques C / A, D et D; et l’Agence italienne des médicaments AIFA; subventions publiques de recherche Aucun financement n’a été reçu pour ce travail par l’un des organismes suivants: National Institutes of Health NIH; Wellcome Trust; et le Howard Hughes Medical Institute HHMIP Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: aucun conflit