Ramifications du dépistage du cancer du sein

Rédacteur — Dans ce numéro, Zackrisson et al font rapport sur les données de suivi du Malm ö Cependant, ils ne calculent pas le risque qui, selon nous, est le plus important pour les femmes qui envisagent une mammographie: Quelle est la probabilité qu’un dépistage du cancer du sein représente un surdiagnostic? 15 ans de suivi, il y avait 1320 diagnostiqués dans le groupe dépisté et 1205 dans le groupe témoin (tableau 1). L’excès de détection de 115 cancers associés au dépistage a conduit à la conclusion d’un taux de surdiagnostic de 10% (115/1205). Cependant, comme l’intervention s’était arrêtée 15 ans plus tôt et que les cas de cancer du sein continuent à s’accumuler dans les deux groupes, sous-estime le risque de surdiagnostic. Un dénominateur plus pertinent est le nombre de cancers trouvés dans le groupe dépisté à la fin de l’essai — 741 (tableau 2). Cela répond à la question suivante: Si j’ai été atteint d’un cancer après avoir été randomisé au dépistage, quelle est la probabilité qu’il représente un surdiagnostic? Comme le montre la figure, en utilisant ce dénominateur, le risque de surdiagnostic est de 15% (115/741). Figure 1Risque de surdiagnostic dans le groupe dépisté à la fin de l’essai Cependant, de nombreux cancers détectés dans le groupe dépisté ne sont pas détectés. Ils sont plutôt détectés cliniquement (soit pendant l’intervalle entre les examens de dépistage ou chez les non-participants). Le dénominateur le plus pertinent est le nombre de cancers détectés à l’écran à la fin de l’essai. Ceci répond à la question suivante: Si j’ai été diagnostiqué avec un cancer par une mammographie, quelle est la probabilité de représenter un surdiagnostic Bien que ce dénominateur ne soit pas rapporté par Zackrisson et al, l’article original du BMJ décrivant Malm ö ont rapporté que 64% des cancers détectés dans le groupe dépisté étaient détectés par mammographie de dépistage2. On peut donc en déduire que le nombre de cancers dépistés à la fin de l’essai était d’environ 475. Comme le montre la figure, utiliser ce dénominateur Le risque de surdiagnostic est de 24% (115/475).