Rugger est un fou de l’arthrite

Une carrière de rugby peut mener à l’arthrose, à l’arthroplastie et à l’ostéoporose, a constaté une étude sur les acteurs syndicaux au Royaume-Uni.

Une enquête menée auprès de 259 anciens joueurs de rugby élite a révélé que, à l’âge de 50 ans, ils étaient quatre fois plus susceptibles de souffrir d’arthrose, six fois plus susceptibles de subir une arthroplastie de la hanche et du genou et trois fois plus susceptibles d’être atteints d’ostéoporose. avec un groupe témoin de non-joueurs.

Les joueurs de rugby étaient également deux fois plus susceptibles d’avoir des problèmes liés à la mobilité (affectant 47% des joueurs) et la douleur ou l’inconfort (74% touchés) par rapport à 2981 personnes similaires dans un groupe témoin.

Cependant, le côté positif d’être assez en forme physiquement pour jouer au rugby au niveau élite se manifeste par un risque significativement plus faible de diabète par rapport à la population générale.

Le risque accru d’arthrose chez les joueurs de rugby justifie une éducation et une gestion proactives dans le sport, ont déclaré les chercheurs du Centre for Sport, Exercise and Osteoarthritis de l’Université d’Oxford qui ont publié leurs résultats dans la revue Nature Scientific Reports.

« Les facteurs de risque potentiellement modifiables qui peuvent être associés au développement de résultats de santé négatifs doivent être identifiés dans cette population », ont-ils dit.

D’autres recherches sont nécessaires pour voir si les résultats s’appliquent à d’autres niveaux et codes de rugby et aux joueuses, suggèrent-ils.

Lire l’étude complète ici